Légende indienne

1er couplet

Ce soir j’ai entendu chanter
L’oiseau sauvage au creux du sentier
On aurait dit qu’il s’en allait
Mais je sais bien qu’il m’appelait

Refrain

Comme la voix du grand esprit
L’oiseau sauvage a poussé son cri
Vole, vole, vole, mon coeur va bien haut
Je suis le frère de cet oiseau, Oo, oo, oo, oo
Kao, Kao, Kao-a, Kao, Kao, Kao-a

2nd couplet

Hier j’ai mêlé pour toujours
Mon sang à celui de mon amour
Et sous la lune les sorciers
Ont mené la danse des guerriers


Refrain

3ème couplet

Quand le tam-tam s’arrêtera
Sous la tente on les laissera
Et dans mes bras la jeune épousée
Doucement ira se reposer


Refrain

4ème couplet

Demain quand elle s’éveillera
Depuis longtemps je n’serai plus là
Avec l’oiseau je serai parti
Comme l’oiseau j’aurai quitté mon nid


Refrain

Gens du pays

Le temps qu’on a pris pour se dire je t’aime
C’est le seul qui reste au bout de nos jours
Les voeux que l’on fait les fleurs que l’on sème
Chacun les récolte en soi-même
Aux beaux jardin du temps qui court

Gens du pays c’est votre tour
De vous laisser parler d’amour
Gens du pays c’est votre tour
De vous laisser parler d’amour

Le temps de s’aimer, le jour de le dire
Fond comme la neige aux doigts du printemps
Fêtons de nos joies, fêtons de nos rires
Ces yeux où nos regards se mirent
C’est demain que j’avais vingt ans

Gens du pays c’est votre tour
De vous laisser parler d’amour
Gens du pays c’est votre tour
De vous laisser parler d’amour

Le ruisseau des jours aujourd’hui s’arrête
Et forme un étang ou chacun peut voir
Comme en un miroir l’amour qu’il reflète
Pour ces coeurs à qui je souhaite
Le temps de vivre leurs espoirs

Gens du pays c’est votre tour
De vous laisser parler d’amour
Gens du pays c’est votre tour
De vous laisser parler d’amour

Amitié, liberté

1er couplet

Le visage inondé de lumière
Tourné vers des lendemains heureux
Nous bâtirons une cité fière
En chantant ce refrain joyeux

Refrain:

Amitié, Amitié, Liberté, Liberté
Par vous l’avenir sera plus beau

2nd couplet

Si tu peines parmi la tempête
Vois, tant d’autres sont dans le ressac
Unissons nos forces pour tenir tête
Aidons-nous à porter le sac

Amitié, Amitié, Liberté, Liberté
Par vous l’avenir sera plus beau

3ème couplet

Et bien sûr quand les tous les gars de France
Chanteront avec nous ce refrain
Tous unis dans un amour immense
Léger sera notre chemin

Amitié, Amitié, Liberté, Liberté
Par vous l’avenir sera plus beau

La Marche au camp

1er couplet

Entendez-vous à travers l’espace immense,
La voix des mers, des montagnes, des forêts,
Qui nous appelle à jouir de nos vacances
Sur le rivage, ou sous les ombrages frais ?
Quittons la ville et ses usages,
Ses tramways et ses magasins
Et vivons comme les sauvages
Sans être pour ça des gredins !
Sous la toile, la nuit, au grand soleil, le jour,
Nous aurons des couleurs quand viendra le retour !

Refrain

Allons enfants, astiquez les gamelles,
Préparez tout, vos sacs et vos bâtons !
Des clous neufs à toutes les semelles
Et de l’eau dans vos bidons !
Allons, enfants, vite on se met en route,
On causera ce soir en bivouaquant.
D’un pas vif, partons, joyeux escoutes,
Pour le camp, pour le camp, pour le camp.

2nd couplet

Notre charrette a reçu sa pleine charge
Et ses ressorts font des bonds impressionnants.
Le ciel est pur, mais la route n’est pas large :
Les conducteurs, attention dans les tournants !
Attachez mieux ces casseroles
Qui font un bruit de carillon !
En marche, évitez les rigoles
Où verseraient nos provisions !
Si tout est bien calé, si ça n’est pas trop lourd,
Ça ne doit pas tomber plus d’deux, trois fois par jour !

Refrain

Allons enfants, astiquez les gamelles,
Préparez tout, vos sacs et vos bâtons !
Des clous neufs à toutes les semelles
Et de l’eau dans vos bidons !
Allons, enfants, vite on se met en route,
On causera ce soir en bivouaquant.
D’un pas vif, partons, joyeux escoutes,
Pour le camp, pour le camp, pour le camp.

3ème couplet

O cuisiniers, en vous est notre espérance,
Humbles héros, qui n’avez pas peur du feu,
Souvenez-vous qu’en matière de bombance
Un p’tit peu trop vaut beaucoup mieux que trop peu.
Ne renversez pas les marmites !
Ne marchez pas dans le saindoux !
Et lorsque vous faites des frites,
Ne conservez pas tout pour vous !
Si vos plats sont brûlés, gare à la Cour d’Honneur,
La loi condamne à mort tous les empoisonneurs !

Refrain

Allons enfants, astiquez les gamelles,
Préparez tout, vos sacs et vos bâtons !
Des clous neufs à toutes les semelles
Et de l’eau dans vos bidons !
Allons, enfants, vite on se met en route,
On causera ce soir en bivouaquant.
D’un pas vif, partons, joyeux escoutes,
Pour le camp, pour le camp, pour le camp.

4ème couplet

Si vous voulez conserver l’âme légère,
Dévouez-vous, c’est encor le seul moyen,
Et si le chef a besoin d’un volontaire,
N’attendez pas qu’ai bougé votre voisin !
Cuistots, épluchez les carottes,
Forestiers, fendez-nous du bois,
Tailleurs, rapiécez nos culottes,
Ambulanciers, pansez nos doigts !
Il n’est que deux tireurs qui soient bannis du camp :
Les tireurs de carottes et les tireurs au flanc !

Refrain

Allons enfants, astiquez les gamelles,
Préparez tout, vos sacs et vos bâtons !
Des clous neufs à toutes les semelles
Et de l’eau dans vos bidons !
Allons, enfants, vite on se met en route,
On causera ce soir en bivouaquant.
D’un pas vif, partons, joyeux escoutes,
Pour le camp, pour le camp, pour le camp.

Chevaliers de la table ronde

1-
Chevaliers de la table ronde,
goûtons voir si le vin est bon (bis)
Goûtons voir, oui, oui, oui,
goûtons voir non, non, non
Goûtons voir si le vin est bon (bis)

2-
S’il est bon, s’il est agréable,
j’en boirai jusqu’à mon plaisir (bis)
Et j’en boirai oui, oui, oui,
et j’en boirai non, non, non
Et j’en boirai jusqu’à mon plaisir (bis)
3-
J’en boirai cinq à six bouteilles,
et une femme sur mes genoux (bis)
Et une femme, oui, oui, oui,
et une femme non, non, non
Et une femme sur mes genoux (bis)

4-
Si je meurs, je veux qu’on m’enterre
dans une cave où il y a du bon vin (bis)
Et dans une cave, oui, oui, oui,
et dans une cave non, non, non
Et dans une cave où il y a du bon vin (bis)

5-
Sur ma tombe, je veux qu’on inscrive
‘’ ici gît le roi des buveurs’’ (bis)
Et ici gît oui, oui, oui,
et ici gît non, non, non
Et ici gît le roi des buveurs (bis)

6-
La morale de cette histoire,
c’est de boire avant de mourir (bis)
Et c’est de boire oui, oui, oui,
et c’est de boire, non, non, non
Et c’est de boire avant de mourir (bis)

Ayda !

Ayda ! Plus de joie, plus de lumière !
Ayda ! Vive le soleil !
Ayda ! Tant que le soleil éclaire,
Ayda ! Vive le soleil !

Couplets :

Plus de joie, plus de lumière, (bis)
Plus d’ardeur et plus de cœur !
Si nous sommes sur la terre, (bis)
Ce n ‘est pas pour manquer de bonheur.

Ne croit pas que joie rayonne (bis)
N’importe où, n’importe quand ;
Elle est à celui qui donne (bis)
Et qui se donne à tous moments.

A combattre la misère (bis)
Engageons-nous à plein cœur :
Si nous sommes sur la terre,(bis)
C’est pour faire du bonheur.

La joie, c’est l’amie des routes (bis)
Où nous marchons mains dans la main.
Viens avec nous, toi qui doutes, (bis)
Et marchons le long des chemins.

Qui peut faire de la voile sans vent ?

Couplets :

Qui peut faire de la voile sans vent,
Qui peut ramer sans rame,
Et qui peut quitter son ami
Sans verser une larme ?

Je peux faire de la voile sans vent,
Je peux ramer sans rame,
Mais ne peut quitter mon ami
Sans verser une larme .

Qui peut faire du pain sans levain,
Qui peut faire du vin sans raisin,
Et qui peut quitter son ami
Sans verser une larme ?

Je peux faire du pain sans levain,
Je peux faire du vin sans raisin,
Mais ne peut quitter mon ami
Sans verser une larme .

Debout les gars

Debout les gars, réveillez-vous
Il va falloir en mettre un coup
Debout, les gars réveillez-vous
On va au bout du monde

1. Cette montagne que tu vois là
On en viendra à bout, mon gars
Un bulldozer et deux cents bras
Et passera la route

2. Il ne faut pas se dégonfler
Devant les tonnes de rochers
On va faire un quatorze juillet
A coup de dynamite

3. Encore un mètre et deux et trois
En deux mille trois
Tes enfants seront fiers de toi
La Route sera belle

4. Les gens nous prenaient pour des fous
Mais nous on passera partout
Et nous serons au rendez-vous
De ceux qui nous attendent

5. Il nous arrive parfois le soir
Comme un petit coup de cafard
Mais ce n’est qu’un peu de brouillard
Que le soleil déchire

6. Et quand tout sera terminé
Il faudra bien se séparer
On n’oubliera jamais, jamais
Ce qu’on a fait ensemble.

L’homme de Cro-magnon

L’homme de cro,
L’homme de ma, l’homme de gnon
L’homme de Cro-magnon pom, pom

L’homme de Cro de magnon
Ce n’est pas du bidon,
L’homme de Cro-magnon pom, pom
(bis)
1. C’était au temps de la préhistoire
Voici deux ou trois cents mille ans
Vint au monde un être bizarre
Proche parent de l’orang-outan
Assis sur ses pattes de derrière
Vêtu d’un slip en peau de bison
Il allait parcourir la terre
C’était l’homme de Cro-magnon

2. Armé de sa hache de guerre
Et d’un couteau en pierre itou
Il chassait l’ours et la panthère
En serrant les fesses malgré tout
Devant le diplodocus en rage
Il se faisait tout de même petit
Et murmurait dans son langage
Vivement qu’on invente le fusil

3. Il était poète à ses heures
Disait à sa femme en émoi
Tu es belle comme un dinosaure
Tu ressembles à Garbo Gretta
Si tu veux voir des cartes postales
Monte dans ma caverne tout là-haut
T’y verra des peintures murales
On dirait du vrai Picasso

4. Trois cents mille ans après sur terre
Comme nos ancêtres nous admiraient
Les prés, les bois et les rivières
Mais s’ils revenaient
Quelle déception!
D’nous voir trimer six jours sur sept
Et diraient sans faire de détails
Faut-y qu’nos héritiers soient bêtes
D’avoir inventé le travail?

À la claire fontaine

1-
À la claire fontaine
M’en allant promener
J’ai trouvé l’eau si belle
Que je m’y suis baignée.

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai.

2-
Sous les feuilles d’un chêne
Je me suis fait sécher ;
Sur la plus haute branche
Le rossignol chantait.

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai.

3-
Chante, rossignol, chante,
Toi qui as le coeur gai,
Tu as le coeur à rire
Moi, je l’ai à pleurer !

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai.

4-
C’est pour mon ami, Pierre
Qui ne veut plus m’aimer,
Pour un bouton de rose
Que je lui refusai.

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai.

5-
J’ai perdu mon ami(e),
Sans l’avoir mérité,
Pour un bouquet de roses
Que je lui refusai.

Il y a longtemps que je t’aime
Jamais je ne t’oublierai.

Les aventuriers

Ils ont rêvé de parcourir les mers
Ils ont rêvé de courir les pays
Ils ont rêvé durant de longs hivers
Ils ont rêvé sous les vents sous les pluies
Qu’un jour enfin, ils pourraient naviguer
Voir des pays des tempêtes et des quais.
Et les voilà partis de village en village
Sous le soleil d’été pour ce long voyage
Les ancres sont levées, les voiles sont gonflées
Vous les verrez passer, les Aventuriers.

Vous les verrez descendre les rivières
Sur des radeaux qui n’ont rien de vaisseau
Vous les verrez matelots et trouvères
Chantant le soir près du feu de bouleau
Et chaque jour laisseront derrière eux
Des chants, des rires, de la joie plein les yeux.
Et les voilà partis de village en village
Sous le soleil d’été pour ce long voyage
Les ancres sont levées, les voiles sont gonflées
Vous les verrez passer, les Aventuriers.

Repartiront demain ou l’an prochain
Se lanceront sur la mer de la vie
Se souviendront des radeaux, des copains
Se souviendront des joies et des ennuis
Vivront alors la plus grande aventure
Vivre sans vie du vent plein les voilures.
Et les voilà partis de village en village
Sous le soleil d’été pour ce long voyage
Les ancres sont levées, les voiles sont gonflées
Vous les verrez passer, les Aventuriers.